Feed on
Posts
Comments

_mg_8309

Dans quelques années, quelle définition pourrons-nous donner des secteurs primaire (agriculture, pêche, exploitations forestière et minière), secondaire (industrie) et tertiaire (services) tels que nous les avons appris à l’école, c’est-à-dire bien différenciés ?

L’industrie de façon globale se déplace en amont vers les matières premières qu’elle exploite. Si celles-ci sont naturelles, et plus particulièrement d’origine végétale (les microalgues sont considérées comme végétales), on parlera de « bio-based industry ». Attention, le terme « bio » ici ne correspond pas à son homonyme français qui signifie de façon plus restrictive « issu de l’agriculture biologique ». L’industrie crée, exploite ou développe de nouvelles ressources et technologies telles que la chimie verte, les énergies renouvelables et la valorisation de la biomasse pour des applications industrielles très variées.

Par ailleurs, l’agriculture travaille de son côté sur les débouchés alimentaires ou non alimentaires de ses productions, et finit par empiéter sur le terrain des industriels. Alors les frontières s’effacent petit à petit. On voit des coopératives agricoles racheter des activités industrielles par exemple.

On observe également que l’industrie s’oriente vers le service, le produit fini comptant finalement moins que la valeur de la marque et tout ce qu’elle peut apporter autour du produit. Dans certains cas, en cosmétique ou dans le textile par exemple, l’argument de vente peut même se fonder sur l’origine de la matière première si elle est naturelle. Ceci nous ramène directement au point de départ, c’est-à-dire au secteur dit primaire.

Les contours deviennent flous et nous nous apercevons que nos activités industrielles revêtent des fonctions plus larges, plus polyvalentes, plus complexes qu’auparavant.

In the next few years, how will primary sector (agriculture, agribusiness, fishing, forestry, mining and quarrying industries), secondary sector (manufacturing and construction industries) and tertiary sector (services) be defined, versus what we used to have been told at school (i.e. well differenciated) ?

Industry is globally moving up towards the raw materials it uses. If these ones are natural, and more specifically from vegetable origin (microalgae belong to the plant kingdom), we talk about  »bio-based industry ». Be careful of the term you use, because in French, the word « bio » means « from organic agriculture ». Industry creates, uses or develops new resources and technologies such as green chemistry, renewable energies, biomass valorization for various industrial applications.

Moreover, agribusiness leaders work on food and non-food applications of the crops. This is more and more at the border line with the industries. Therefore, frontiers between the different sectors blur … For instance, one sees agriculture cooperatives buying industrial activities and industry selling services. The manufactured product becomes sometimes less important that the brand value and all what it offers around the product itself. In some cases, in cosmetic or textile industry, the claim of the product may even be based on the ingredient composing the product, especially if it is natural. Then, we come back to the raw material importance, and the advantages brought by the primary sector. Limits blur and we are aware now that our industrial activities become larger, more complex and more versatile than before.

One Response to “VERS LA FUSION DES SECTEURS PRIMAIRE, SECONDAIRE ET TERTIAIRE? Are the primary, the secondary and the tertiary sectors about to merge?”

  1. r_bass dit :

    article fort interessant.

Leave a Reply