Feed on
Posts
Comments

Les OGM représentent, selon un rapport de l’USDA : 85% de la production américaine de maïs, 91% du soja et 88% du coton… Il s’agit pour presque 40% du maïs de modifications génétiques apportant une résistance aux herbicides ou aux insecticides. Ces produits sont le plus souvent commercialisés par les firmes phytosanitaires qui conçoivent les OGM, ce qui leur permet de « boucler la boucle », c’est à dire de vendre à la fois les semences et les traitements.

Les noms de ces entreprises sont bien connus pour certaines, un peu moins pour d’autres, puisqu’elles ne sont pas toujours très visibles du grand public. Quand c’est le cas, c’est malheureusement pour leur attitude scandaleuse.

Le problème ne tient pas tant du fait qu’il s’agit d’OGM, mais de leur finalité, à savoir la monorésistance à une maladie ou aux mauvaises herbes. Tout d’abord parce que cela perturbe l’écosystème dont l’équilibre repose sur la cause de cette maladie. Ensuite parce que, comme pour les antibiotiques, des résistances apparaissent naturellement chez les insectes, champignons ou herbes, ce qui rend à la fois le traitement (herbicide ou insecticide) désuet et l’OGM inadapté.

Les techniques de biotechnologies dont font partie les manipulations génétiques peuvent être une voie d’amélioration ou d’utilisation des plantes, à des fins réellement utiles, et c’est pourquoi les recherches doivent continuer. Seule l’approche telle qu’elle existe dans le commerce aujourd’hui est regrettable… tellement dommage…

3 Responses to “OGM DANS LE MONDE / GMOs in the world”

  1. Street Glide dit :

    Pas forcément d’accord.
    Il est de toute façon trop tard pour revenir en arrière sur ce dossier mais reconnaissons que d’un point de vu purement philosophique, l’homme n’aurait pas du entrer dans ce type de manipulations qui de toute façon vont lui échapper (d’une certaine manière). Comment empêcher le vent, les insectes, … de porter « ailleurs » certains éléments qui vont croître de façon incontrôlée ?
    Oui je sais, j’enfonce avec simplissisme (vraiment ?) certaines portes déjà ouvertes par d’autres.
    Précision : je n’ai rien contre le progrés technologique.
    Revenons à l’aspect philo : aux cours des siècles certains ont cru en dieu, d’autres se sont pris pour des dieux … on a pu en constater à loisir tout au long de l’Histoire les conséquences. Que va-t-il se passer maintenant que certains hommes commencent à avoir les moyens de jouer aux Dieux en modifiant la structure même du vivant et de son évolution ?
    Optimisme : le pire n’est jamais certain.

    Street Glide

  2. admin dit :

    Merci pour le commentaire. L’Homme n’aurait-il vraiment pas du entrer dans ce type de manipulations? N’aurait-on pas dit la même chose à chaque grande innovation technique ou scientifique? Bien que les conséquences puissent être sources de progrès ou catastrophiques, gardons espoir que l’on puisse utiliser les OGM à d’autre fins que pour faire croître le chiffre d’affaires de quelques multinationales. A ce sujet, un lien vers le blog de Marie-Monique Robin : http://blogs.arte.tv/LemondeselonMonsanto/frontUser.do;jsessionid=4819DACDA821D973B2B6A49C92FF4FFE?method=getProfile&blogName=LemondeselonMonsanto.
    La transformation du vivant regroupe diverses technologies. Il est vrai que l’on a tendance à se prendre pour des Dieux, mais tout n’est pas noir dans cette histoire. Des applications existent qui peuvent être très intéressantes, justement différentes de celles qui sont actuellement exploitées. Comme dans secteur pharmaceutique, ce sont les applications qui rapportent le plus d’argent qui sont privilégiées. Pas celles qui sont les plus dans l’intérêt de l’Humanité.

  3. Street Glide dit :

    Bien sûr que vous avez raison, je suis d’accord.
    Mais tant qu’il y a aura des B. Maddoff, des Morgan Stanley, des Monsanto … bon j’arrête, je fais vraiment ado prépubère là …

    Street Glide.

Leave a Reply